Accueil Vous lisez : Les psychologues du CH Laborit soutenue par la CGT entament une grève (...)

Les psychologues du CH Laborit soutenue par la CGT entament une grève administrative !
lundi 28 novembre 2016


Les psychologues du Centre Hospitalier Laborit soutenus par le syndicat CGT entament une grève administrative depuis début novembre 2016.

Les psychologues refusent d’enregistrer leur activité jusqu’à la satisfaction de leurs revendications qui portent sur :

- La résorption de l’emploi précaire pour tous les agents éligibles au dispositif de titularisation. Les psychologues contestent la pratique de la direction qui laisse ce droit de l’agent à l’appréciation discrétionnaire de quelques responsables de pôle. De plus ils demandent l’ouverture régulière de concours statutaires règlementaires pour accéder à la fonction publique hospitalière pour tous les postes sur des emplois permanents. Le dernier concours statutaire d’entrée remonte à 2009.

- la création d’une commission garante du respect de l’application des règles en matière de mutation interne et de mutation et recrutement externes.

- l’ouverture d’authentiques négociations sur l’organisation administrative des psychologues.

Les psychologues sont déterminés à mettre fin à la gravité de la précarité de l’emploi au CHL.

Ils constatent que l’ouverture régulière de concours est le seul garant du maintien d’une fonction publique de carrière qui permet au psychologue d’adapter ses outils en fonction de l’évolution des besoins et d’inscrire une continuité permettant à la population l’accès à des soins psychologiques.

Les psychologues contestent le choix de la direction de développer une gestion de la pénurie qui se centre sur quelques fonctions du travail attribués à l’agent. Cette orientation crée non seulement une précarité inadmissible qui atteint un agent sur deux au CHL, mais relègue l’ouverture de postes vacants aux concours statutaires pourtant obligatoires.

Accentuant la gravité de la situation cette même direction refuse aux représentants du personnel leur rôle de porter les revendications des agents pour l’amélioration des conditions de travail. Les contrats précaires se recréent sans justification et augmentent la paupérisation de la profession.

Les psychologues voient leur autonomie professionnelle se réduire au fur et à mesure que les injonctions augmentent sous la pression accrue de l’employeur. Ils dénoncent l’opacité des mutations internes et externes quand elles ont lieu.

Une direction inconséquente !

Alors qu’un projet est en cours au plan national pour la structuration de l’activité des psychologues pour améliorer leur inscription au sein de l’hôpital, la direction a rompu le dialogue avec les représentants du personnel.

Ceci conduit à augmenter la maltraitance de la profession fragilisant la prise en compte de la dimension psychologique au Centre Hospitalier Laborit.

Les projets de soins psychologiques à l’égard de la population tardent à se mettre en place du fait de l’inconséquence des décisions de la direction du Centre Hospitalier Laborit.

Share |